La Double Inconstance (Marivaux)

Format Prix Quantité
Livre 13,95 $


La Double Inconstance nous convie à une expérience fascinante : qu’adviendra-t-il des deux paysans amoureux, Arlequin et Silvia, entraînés malgré eux à la cour ? Seront-ils rompus à ses usages ? Leur naturel triomphera-t-il ? Car c’est bien de naturel qu’il s’agit dans le théâtre de Marivaux, celui-là même qui fait réfléchir le Prince sur son autorité, sur les limites du pouvoir qu’il peut exercer sur son peuple.

Le jeu de la séduction, les cœurs qui s’éveillent à l’amour, l’étonnement même de se sentir amoureux bousculent les deux paysans. Mais quelle est la véritable inconstance ? Qui a été trompé ? Marivaux nous dit que la nature humaine est complexe et que le sentiment amoureux résiste mal à la pression sociale.



  • Suggestions

Est-ce un cauchemar ou la réalité qui nous rattrape ? Le lecteur de ce recueil de récits fantastiques se posera la question devant la succession foudroyante des événements racontés, car c'est dans le récit bref, véritable travail d'orfèvre, que la nouvelle fantastique frappe le plus fort. Cette anthologie rassemble plusieurs auteurs français de la deuxième moitié du XIXe siècle, tantôt connus du public d'aujourd'hui (Maupassant, Verne, Zola), tantôt moins connus (Asselineau, Gautier, Schwob, Villiers de l'Isle-Adam). Tous sont passés maîtres dans l'art de fouiller les tréfonds de l'âme humaine, habiles qu'ils sont à faire perdre la raison, l'instant d'une lecture. Gageons que vous serez pris au piège de leurs mots…

Détails

1948, c’est l’année du Refus global, l’année de la révolte éclatante. Cependant, ce titre provocateur, s’il appelle la modernité, est aussi un piège puisqu’il ne laisse apparaître qu’une part de la détermination des signataires. Car ces derniers écrivent aussi : "Au refus global nous opposons la responsabilité entière." Dénoncer la société sclérosée, certes, mais aussi en assumer l’héritage, par la contestation même et en se tournant vers l’avenir. Cet engagement des signataires du Refus global, les essayistes québécois vont le tenir. De 1948 à nos jours, ils n’ont cessé de se tourner vers le réel pour en explorer toutes les dimensions. Au cri de Desbiens répond la voix tranquille de Dumont ; à la méditation de Morency se joint la réflexion de Vadeboncœur ; la révolte de Godin se prolonge dans l’ironie de Ferron et de Pedneault. Chacun à leur façon, ils s’engagent dans notre présent. Ainsi, de la génération de Cité libre à celle de Parti Pris, de la voix d’une conscience collective à la voix singulière, du politique au poétique, les essayistes québécois parcourent tous les possibles de l’essai. Du Refus global à la responsabilité entière propose un portrait global et signifiant de l’essai québécois depuis 1948. Y sont repris quelque 30 textes d’auteurs marquants de notre littérature, regroupés selon leur problématique et leur approche du genre. En outre, chaque chapitre permet de mieux comprendre certaines caractéristiques de l’essai. Au terme de son parcours, le lecteur aura eu l’occasion de faire plus qu’un survol de notre littérature essayistique contemporaine; il aura rencontré des auteurs - incontournables ou moins connus -, des textes solides et parfois désarçonnants; il aura analysé, réfléchi, comparé, réfléchi encore; il aura appris à mieux connaître une époque pas si lointaine et son propre présent. Pourquoi cet ouvrage est-il pertinent ? C’est à partir de 30 œuvres, dont 15 textes complets d’auteurs importants de notre littérature contemporaine, que l’étudiant est mis en contact avec la pensée et le style des plus grands essayistes québécois. Il se voit ainsi placé sur un itinéraire de lecture où, de Ferron à Vadeboncœur, du frère Untel à Jacques Brault, ses connaissances et sa compréhension du texte littéraire se verront élargies. D’autre part, l’ouvrage permet au professeur de trouver dans un seul recueil des textes intéressants, lisibles, de tons et de facture variés, qui s’opposent et se répondent à la fois de façon à interpeller le lecteur et à justifier sa réflexion. De plus, l’œuvre des auteurs retenus ne s’étant pas limitée à l’essai, il devient facile d’explorer un peu plus loin, de partir à la découverte de l’imaginaire de ces mêmes auteurs par la fréquentation d’autres textes de genres différents, ouvrant ainsi des avenues et des perspectives pédagogiques fort stimulantes.

Détails

Heureux hasard, pour nous Québécois, que Louis Hémon ait choisi le Lac-Saint-Jean pour écrire son roman, Maria Chapdelaine. Habité par la nostalgie de la vie primitive, il cherchait un lieu encore sauvage, loin des villes, et des gens simples, près de la nature. Nul doute que Louis Hémon, l’aventurier, mais aussi le fin observateur de la réalité québécoise, nous a donné l’un des plus importants romans de notre littérature. Traduit dans plusieurs langues, souvent et richement illustré, porté à l’écran à plusieurs reprises, modelé en bandes dessinées, livré en chansons et découpé en pièces de théâtre, son récit est devenu un mythe. Drôle de carrière pour ce roman québécois, écrit par un Français, qui a fixé à jamais l’image du Québec dans le reste du monde. Il importait que le collégien soit invité à découvrir la qualité littéraire de cette œuvre, influencée par le réalisme et le symbolisme alors dominants.

Détails

Cette anthologie propose des textes courts, regroupés sous trois appellations. D’abord, des récits qui valorisent la vie rurale et restent fidèles aux valeurs traditionnelles de la société. Suivent des textes qui dévoilent un aspect moins connu : des portraits de femmes qui, sans contester ouvertement l’idéologie de conservation, présentent une vision plus nuancée de leur vie d’autrefois. La troisième partie rassemble des écrits qui contestent l’idéologie de conservation, qui s’effrite lentement à partir du début du xxe siècle. Notre littérature passe à la fois par ces thèmes forts et par l’affirmation d’une langue en quête d’authenticité.

Détails