Coco, La folle et autres récits brefs (Guy de Maupassant)

Format Prix Quantité
Livre 13,95 $


Folie, guerre, avortement, problèmes de couples, préjugés, vieillissement, jalousie, peur, solitude, intolérance : il est question de tout cela dans les récits brefs de Maupassant, mais aussi de la beauté de la nature, de l'émerveillement devant la vie qui naît, de l'amitié, de la compassion, du désir amoureux…

Ces sujets toujours actuels, Maupassant les aborde dans des histoires rondement menées, tout en esquissant en quelques traits de plume des portraits saisissants de paysans et de petits-bourgeois qui pourraient bien être nos contemporains. Car si Maupassant est un conteur habile, il sait aussi donner à voir et à ressentir.

Ce choix inédit de textes, étalés sur plus de dix ans, donne un bon aperçu du talent varié d'un des écrivains français les plus lus dans le monde.



  • Suggestions

L’ouvrage présente une méthode de compréhension du texte narratif, appuyée sur une grille d’analyse des composantes du genre : le personnage, l’intrigue, le thème, l’espace, le temps, le narrateur. Après un exposé exemplaire de la méthode, chaque composante fait l’objet d’un condensé théorique suivi de récits de grands auteurs et de questions adaptées à chaque œuvre.

Détails

Voici une brève anthologie qui réunit les meilleurs poèmes romantiques français et québécois. Une enivrante « invitation au voyage » à travers les sentiments humains les plus universels dans une langue qui charme, envoûte et bouleverse, et à laquelle nul ne peut rester indifférent. Les auteurs dits « romantiques » n'analysent pas leurs sentiments, ils les ressentent avec ardeur et les communiquent avec passion au lecteur dans un cœur à cœur intime. L'élève découvrira ici le romantisme à travers Marceline Desbordes-Valmore, Alphonse de Lamartine, Alfred de Vigny, Victor Hugo, Alfred de Musset et Charles Baudelaire, d'une part et, d'autre part, Octave Crémazie, Alfred Garneau, Pamphile Le May, Louis-Honoré Fréchette, William Chapman, Nérée Beauchemin, Albert Lozeau et Émile Nelligan.

Détails

On ne badine pas avec l’amour. C’est dit comme un proverbe, une sentence même. Depuis 1834, ces mots de Musset évoquent le jeu de l’amour qui tourne au drame. Voici une comédie bien moins légère qu’il n’y paraît! Une magistrale leçon, puisée dans l’expérience de l’auteur et dans celle de la génération romantique, la sienne. Ceux qui ont un jour pensé que l’amour n’est que jeu seront détrompés. On ne joue pas avec les sentiments! Camille et Perdican ont voulu «badiner» : leur orgueil les a rendus aveugles à eux-mêmes et aux autres. Que devient l’amour qui a perdu l’occasion d’aimer vraiment ? On ne badine pas avec l’amour témoigne de la complexité de l’âme humaine. Grâce à un de ses plus fins observateurs : Alfred de Musset.

Détails