Marie Calumet (Rodolphe Girard)

  • Auteur(s) : Francis Favreau
  • Pages : 268
  • ISBN : 978-2-89593-871-2
  • ISBN10 : 2-89593-871-1
Format Prix Quantité
Livre 14,95 $


Dès sa parution en 1904, Marie Calumet s'imposa comme un roman comique. S'inspirant d'une chanson folklorique grivoise, Rodolphe Girard situe son roman dans le quotidien d'un presbytère campagnard québécois de 1860. Son héroïne, la servante d'un curé débonnaire, se révèle à la fois efficace et excentrique.

Le lecteur d'aujourd'hui s'amusera de la langue paysanne et des mésaventures du timide Narcisse et de son rival, le bedeau Zéphirin, tous deux amoureux de l'héroïne. De même, la paresseuse et séduisante Suzon ou le curé de la paroisse voisine le surprendront par leur morale peu orthodoxe.

Cette édition, basée sur celle de 1946, met l'accent sur la langue du XIXe siècle et sur les réalités campagnardes d'un Québec traditionnel immuable qui côtoient celles d'un Montréal en pleine ébullition. Le lecteur comprendra mieux ainsi l'originalité du roman et ce qui le rendit scandaleux aux yeux de l'Église qui le censura.



  • Suggestions

1948, c’est l’année du Refus global, l’année de la révolte éclatante. Cependant, ce titre provocateur, s’il appelle la modernité, est aussi un piège puisqu’il ne laisse apparaître qu’une part de la détermination des signataires. Car ces derniers écrivent aussi : "Au refus global nous opposons la responsabilité entière." Dénoncer la société sclérosée, certes, mais aussi en assumer l’héritage, par la contestation même et en se tournant vers l’avenir. Cet engagement des signataires du Refus global, les essayistes québécois vont le tenir. De 1948 à nos jours, ils n’ont cessé de se tourner vers le réel pour en explorer toutes les dimensions. Au cri de Desbiens répond la voix tranquille de Dumont ; à la méditation de Morency se joint la réflexion de Vadeboncœur ; la révolte de Godin se prolonge dans l’ironie de Ferron et de Pedneault. Chacun à leur façon, ils s’engagent dans notre présent. Ainsi, de la génération de Cité libre à celle de Parti Pris, de la voix d’une conscience collective à la voix singulière, du politique au poétique, les essayistes québécois parcourent tous les possibles de l’essai. Du Refus global à la responsabilité entière propose un portrait global et signifiant de l’essai québécois depuis 1948. Y sont repris quelque 30 textes d’auteurs marquants de notre littérature, regroupés selon leur problématique et leur approche du genre. En outre, chaque chapitre permet de mieux comprendre certaines caractéristiques de l’essai. Au terme de son parcours, le lecteur aura eu l’occasion de faire plus qu’un survol de notre littérature essayistique contemporaine; il aura rencontré des auteurs - incontournables ou moins connus -, des textes solides et parfois désarçonnants; il aura analysé, réfléchi, comparé, réfléchi encore; il aura appris à mieux connaître une époque pas si lointaine et son propre présent. Pourquoi cet ouvrage est-il pertinent ? C’est à partir de 30 œuvres, dont 15 textes complets d’auteurs importants de notre littérature contemporaine, que l’étudiant est mis en contact avec la pensée et le style des plus grands essayistes québécois. Il se voit ainsi placé sur un itinéraire de lecture où, de Ferron à Vadeboncœur, du frère Untel à Jacques Brault, ses connaissances et sa compréhension du texte littéraire se verront élargies. D’autre part, l’ouvrage permet au professeur de trouver dans un seul recueil des textes intéressants, lisibles, de tons et de facture variés, qui s’opposent et se répondent à la fois de façon à interpeller le lecteur et à justifier sa réflexion. De plus, l’œuvre des auteurs retenus ne s’étant pas limitée à l’essai, il devient facile d’explorer un peu plus loin, de partir à la découverte de l’imaginaire de ces mêmes auteurs par la fréquentation d’autres textes de genres différents, ouvrant ainsi des avenues et des perspectives pédagogiques fort stimulantes.

Détails

Les Contemplations seront ma grande pyramide, déclarait Victor Hugo. L’histoire lui a donné raison. Dans cette poésie limpide et forte se trouve l’essentiel de la parole hugolienne: dire l’amour, la souffrance, dire la beauté des oiseaux et du monde, dire le cri de l’homme devant l’injustice et la mort. Au cœur de toute expérience humaine ! Reproduits intégralement, L’Âme en fleur et Pauca meæ, Livres II et IV des Contemplations, montrent à quel point la poésie de Hugo peut être actuelle. En accompagnement, l’approche proposée à l’élève permet de toucher le cœur du texte.

Détails

Trahison, violence, abus de pouvoir, Ubu roi présente toutes les composantes d’une grande tragédie. Pourtant, c’est une farce qu’Alfred Jarry offre au spectateur, une parodie magistrale et grotesque de l’avidité humaine et des maux qu’elle entraîne. Son personnage, l’odieux Père Ubu, secondé par la tout aussi mesquine Mère Ubu, ne recule devant aucun excès pour satisfaire son insatiable appétit de pouvoir, de phynance et d’andouilles. La naïveté d’enfant cruel de cet archétype du despote fait basculer l’action du côté du rire plutôt que de l’horreur. Œuvre d’avant-garde, Ubu roi n’a rien perdu de sa modernité. C’est qu’aucune convention n’échappe à l’irrévérence de Jarry : il parodie les auteurs classiques, remet en question les fondements du théâtre et de la littérature, et réinvente même la langue. Un iconoclaste-né !

Détails