L'Ingénu (Voltaire)

Format Prix Quantité
Livre 13,95 $


L’Ingénu, un Huron du Lac Ontario, débarque en Basse-Bretagne en 1689. Son nom résume sa nature : il est libre et pur. Son intelligence claire, exempte de faussetés religieuses, lui permet d’affronter les idées reçues et les a priori d’une société ancrée dans ses certitudes et règles de conduite, tant à Saint-Malo qu’à Versailles et Paris. Converti par amour, emprisonné par loyauté, il se lie d’amitié avec un vieux janséniste qui assurera son éducation intellectuelle.

Qui est-il, ce bon sauvage venu d’Amérique ? Dans quel monde est-il tombé ? L’Ingénu aspire à la connaissance dans une société qui ne lui fait pas de place et qui, sous le pouvoir des Jésuites, dirige et manipule les consciences. En réalité, Voltaire parle du temps de Louis XIV pour mieux raconter son propre siècle. Avec L’Ingénu, le philosophe lance une arme de destruction contre les préjugés religieux de tout temps.

   


  • Suggestions

Spécialement conçu pour le cours Relation d'aide appliquée en français, Clés pour la relation d'aide en français écrit est un ouvrage clair et pratique, qui ne vise qu'une chose : enseigner à enseigner la grammaire et la rédaction de texte. Destiné aux élèves qui désirent devenir assistants dans les Centres d'aide en français, cet ouvrage sera également fort apprécié des professeurs qui doivent les y préparer. En effet, Clés présente sans détours tous les éléments courants et notions essentielles du français : participes passés, ponctuation, construction d'un paragraphe, etc. Tenant compte des difficultés qu'éprouvent habituellement les élèves, il s'attache à expliquer clairement aux assistantes et assistants comment présenter efficacement les règles et les faire appliquer. Clés pour la relation d'aide en français écrit est un outil de référence, un guide permanent disponible à chaque instant de l'expérience quotidienne. Chaque chapitre commence par une mise en situation, de façon que soit créé un contexte propice à l'enseignement des notions à transmettre. Chacun se termine par une synthèse de la démarche, de sorte que l'élève a un aperçu général de la tâche qu'il devra accomplir auprès de ses pairs. Pourquoi ce livre ? Parce que comprendre quelque chose et savoir le transmettre sont deux expériences tout à fait distinctes. Pour s'en convaincre, il suffit de s'y essayer. On saisit alors nettement qu'enseigner est un art qui s'apprend.

Détails

On ne badine pas avec l’amour. C’est dit comme un proverbe, une sentence même. Depuis 1834, ces mots de Musset évoquent le jeu de l’amour qui tourne au drame. Voici une comédie bien moins légère qu’il n’y paraît! Une magistrale leçon, puisée dans l’expérience de l’auteur et dans celle de la génération romantique, la sienne. Ceux qui ont un jour pensé que l’amour n’est que jeu seront détrompés. On ne joue pas avec les sentiments! Camille et Perdican ont voulu «badiner» : leur orgueil les a rendus aveugles à eux-mêmes et aux autres. Que devient l’amour qui a perdu l’occasion d’aimer vraiment ? On ne badine pas avec l’amour témoigne de la complexité de l’âme humaine. Grâce à un de ses plus fins observateurs : Alfred de Musset.

Détails

Conflits de générations, impuissance et désespoir de jeunes amoureux incompris, sentiments de révolte face à un père obsédé par l'argent : voici quelques enjeux de L'Avare. Molière a bâti ici une comédie dans laquelle s'illustrent différents « caractères » : l'ingénue (Mariane), le fils prodigue (Cléante), l'honnête homme (Anselme), le valet rusé et indispensable (La Flèche), l'entremetteuse (Frosine), l'homme à tout faire (Maître Jacques), etc. Toutefois, c'est le personnage d'Harpagon — vieillard acariâtre, rétrograde, égoïste, méchant — qui domine la pièce : son avarice, poussée jusqu'au délire, empoisonne les relations humaines et contamine ses proches en les poussant à mettre au jour des aspects peu sympathiques de leur personnalité. Et le talent de Molière fera de toute cette noirceur une comédie drôle et enlevée où les bons triompheront du méchant !

Détails

Trahison, violence, abus de pouvoir, Ubu roi présente toutes les composantes d’une grande tragédie. Pourtant, c’est une farce qu’Alfred Jarry offre au spectateur, une parodie magistrale et grotesque de l’avidité humaine et des maux qu’elle entraîne. Son personnage, l’odieux Père Ubu, secondé par la tout aussi mesquine Mère Ubu, ne recule devant aucun excès pour satisfaire son insatiable appétit de pouvoir, de phynance et d’andouilles. La naïveté d’enfant cruel de cet archétype du despote fait basculer l’action du côté du rire plutôt que de l’horreur. Œuvre d’avant-garde, Ubu roi n’a rien perdu de sa modernité. C’est qu’aucune convention n’échappe à l’irrévérence de Jarry : il parodie les auteurs classiques, remet en question les fondements du théâtre et de la littérature, et réinvente même la langue. Un iconoclaste-né !

Détails