Le regard réaliste : Un coeur simple (Gustave Flaubert) et Histoire d’une fille de ferme (Guy de Maupassant)

Format Prix Quantité
Livre 16,95 $


Lorsqu’en 1850 naît Maupassant, Flaubert a 29 ans. Quarante ans plus tard, ces deux Normands, unis par des liens familiaux, seront considérés comme les deux plus grands maîtres réalistes de leur époque.

Flaubert et Maupassant sont des spectateurs attentifs des moeurs de leur temps : pour le premier, cette observation passe par une écriture précise et ciselée, pour le second, par une phrase souple et incisive.

Voici deux des plus célèbres récits réalistes : Un coeur simple de Flaubert, dont le narrateur, apparemment impassible, raconte l’histoire d’une humble servante, et Histoire d’une fille de ferme de Maupassant, d’une rare finesse psychologique.



  • Suggestions

L’École des femmes est à inscrire dans la lignée des pièces de théâtre qui font date, au même titre que Le Cid de Corneille ou Hernani d’Hugo : profondément novatrice, la pièce bouleverse les habitudes et s’impose comme la première grande comédie du théâtre français. Mais ce qui lui vaut son succès aujourd’hui, ce n’est pas tant sa forme que ses thèmes intemporels. L’éveil d’Agnès à l’amour et à la vie, pourrait-on dire, les droits des femmes, l’échec de l’autorité aveugle, etc. permettent au spectateur — et au lecteur — contemporain de s’identifier aux personnages à la fois tragiques et comiques, et d’apprécier leur complexité.

Détails

Encouragez et développez l’autocorrection chez vos étudiants Depuis la réforme de l’enseignement collégial entreprise au milieu des années 90, les ouvrages méthodologiques sur la dissertation critique se sont multipliés. Cependant, aucun ne porte proprement sur l’amélioration de la langue ou la qualité de l’expression. La dissertation critique. Comment la rédiger, la corriger et en améliorer le style comble cette lacune et met l’accent sur la nécessité de prendre le temps d’examiner, de comprendre et d’appliquer les conseils du professeur, atteignant ainsi un des objectifs de réforme : l’autocorrection. Aidez vos étudiants à apprendre de leurs erreurs Conçu à partir des principales erreurs observées chez les étudiants dans le cadre de la dissertation critique, l’ouvrage adopte une approche pédagogique fondée sur la présentation de tableaux, ce qui permet de repérer facilement les erreurs courantes ainsi que la correction ou l’amélioration à y apporter. Rendez votre correction plus efficace Trois types de correction (générale, détaillée et référencée) sont proposés en fin d’ouvrage ; à chacune est joint un exemple. Quel que soit le type retenu, une telle façon de faire procure à l’étudiant l’avantage de mieux comprendre les conseils du professeur et de vaincre plus rapidement ses difficultés. Elle évite également au correcteur la tâche fastidieuse de sans cesse retranscrire les mêmes recommandations.

Détails

On ne badine pas avec l’amour. C’est dit comme un proverbe, une sentence même. Depuis 1834, ces mots de Musset évoquent le jeu de l’amour qui tourne au drame. Voici une comédie bien moins légère qu’il n’y paraît! Une magistrale leçon, puisée dans l’expérience de l’auteur et dans celle de la génération romantique, la sienne. Ceux qui ont un jour pensé que l’amour n’est que jeu seront détrompés. On ne joue pas avec les sentiments! Camille et Perdican ont voulu «badiner» : leur orgueil les a rendus aveugles à eux-mêmes et aux autres. Que devient l’amour qui a perdu l’occasion d’aimer vraiment ? On ne badine pas avec l’amour témoigne de la complexité de l’âme humaine. Grâce à un de ses plus fins observateurs : Alfred de Musset.

Détails

Conflits de générations, impuissance et désespoir de jeunes amoureux incompris, sentiments de révolte face à un père obsédé par l'argent : voici quelques enjeux de L'Avare. Molière a bâti ici une comédie dans laquelle s'illustrent différents « caractères » : l'ingénue (Mariane), le fils prodigue (Cléante), l'honnête homme (Anselme), le valet rusé et indispensable (La Flèche), l'entremetteuse (Frosine), l'homme à tout faire (Maître Jacques), etc. Toutefois, c'est le personnage d'Harpagon — vieillard acariâtre, rétrograde, égoïste, méchant — qui domine la pièce : son avarice, poussée jusqu'au délire, empoisonne les relations humaines et contamine ses proches en les poussant à mettre au jour des aspects peu sympathiques de leur personnalité. Et le talent de Molière fera de toute cette noirceur une comédie drôle et enlevée où les bons triompheront du méchant !

Détails